AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le forum réouvre ses portes ce lundi 5 mars 2012 avec un nouveau contexte qui vous fera frémir Very Happy Nous espérons qu'il vous plaira !
Votez pour les top sites !

Partagez|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité


Invité
MessageSujet: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:28




Sadie Callidora SMITH
feat. Kristen Stewart



• With You, I'm Born Again : 13 avril 1995
• She's Not There : New York
• Young Girl : 16 ans
• Endless Love : Pire que célibataire
• I've Gotta Be Me : Elèves (pour l'instant)
• Piano Man : Etudiante
• Born This Way : Bipolaire ❀ est un diagnostic psychiatrique décrivant une catégorie de troubles de l’humeur définie par la fluctuation anormale de l’humeur, oscillant de périodes d’excitation marquée (manie) pouvant aller jusqu’à des périodes de mélancolie (dépression). Un état maniaque très intense peut conduire à des symptômes psychotiques tels que les délires et les hallucinations. (+ ici)



Just The Way You Are
Vous êtes sûrs de vouloir savoir ça ? Bon. Déjà, si vous croisez Callidora dans un couloir en lui lançant un gentil bonjour, vous ne savez jamais ce qu'il va vous tomber dessus. Cela dépend complètement de son humeur. Au pire, vous êtes déjà à l’hôpital, au mieux vous discutez de cinéma autour d'un cappucino. En fait elle est totalement imprévisible. Cela est sûrement dû à sa maladie, même si c'est un grand mot. C'est lors de quelques instances judiciaires (qui vous seront expliqué plus tard) qu'on lui diagnostiquait des troubles bipolaires assez importants. Tout ce qu'elle avait répondu c'était un beau et pur : "Mon cul ouais". Enfin ce n'était pas réellement des blagues. Il lui arrive de piquer des crises de nerfs pour rien, voire d'hystérie, d'être obsédé par quelque chose et puis ensuite plus rien. Souvent elle passe dans des phases qu'elle nomme simplement "crises" ou tout ce qu'elle ressent est décuplé, et quelques chose qui la rend simplement triste la rend donc dépressive, et ce qui l'irrite la met dans une colère noire. C'est pour ça qu'elle a peu d'amis. Elle n'en a quasiment pas, alors qu'elle aimerait bien, c'est même une des choses qu'elle désire le plus. Elle voudrait juste avoir quelqu'un à qui parler, qui la fasse sourire, même pas quelqu'un à aimer juste un ami. Mais bon, en passant les quelques épisodes relativement compliqués de ses seize ans d'existence, c'est tout de même quelqu'un d'odieux. Elle a tendance à tout cracher dans la figure des autres, et à imaginer des plans de vengeance tous plus diaboliques les uns que les autres. Le problème est que, derrière ça, tout ce qu'elle recherche c'est un peu de reconnaissance. Elle sait que si elle est gentille, elle serait quand même rejetée à cause de sa maladie ou parce qu'elle est trop ceci ou pas assez cela. Les lois du lycée quoi.
Shout It Out Loud
Callidora n'a jamais vraiment abordé la question de sa voix. Elle se souvenait que, petite, ses parents voulaient qu'elle soit une prodige de la musique. Résultat, à dix ans, elle savait jouer de trois instruments (piano, guitare électrique et acoustique et saxophone). La petite Calli' était toujours terrifiée par toutes les représentations que son papa et sa maman lui faisait faire, et puis tous ces gens qui venaient après la voir pour lui dire qu'elle avait du talon. Elle comprenait pas pourquoi on lui parlait de ses pieds tout le temps, et puis elle trouvait ça stupide. Adolescente, lors de son séjour dans divers endroits glauques, elle n'avait plus eu que sa voix, qu'on qualifiait plutôt d'alto. Elle chantait dans son lit le soir pour essayer de se rassurer, de se dire que c'était pas grave et puis que tout aller s'arranger. Enfin, depuis son arrivée à Lima, elle préfère faire une croix sur ce genre de choses, elle n'a plus le temps et plus l'envie non plus. Et à Mc Kingley, les musiciens ne sont pas vraiment appréciés.
.

Time Warp

Chapter One
{If babies know how to talk, life will be easier }

Je n'en sais trop rien, de mon enfance. J'ai pas envie de m'en souvenir, ça rendrait tout plus difficile que ça ne l'est déjà. Je me remémore un piano, grand et blanc, enfin il me paraissait géant avec mes yeux d'enfant. Ma mère qui dessine le nom des notes sur le bord des touches et puis je suis fascinée. Je venais de sortir du jardin d'enfant et elle me prend déjà pour une prodige. Je me souviens que maman avait joué ce soir là, et que le lendemain j'en avais reproduis quelques notes. Tout le monde m'avait regardé avec des grands yeux.
C'est drôle de se repasser ce genre de moment après coup. Les gens m'applaudissaient bêtement alors que j'avais juste une très bonne oreille et que j'étais en adoration devant ma mère. Ma mère... C'était une des plus belles femmes que je connaisse, avec ses longs et magnifiques cheveux blonds et ses yeux verts clairs. Elle formait un couple idyllique avec mon père, jeune avocat très prometteur de la banlieue de New York, plutôt séduisant lui aussi. Il était extrêmement intelligent, et elle était douée. Son truc, c'était la danse. Enfin bref ils étaient parfaits. Et si il y a bien une chose qu'ils attendaient de moi, c'est que je le sois aussi. Ce qui n'était pas réellement le cas.
Ils se rendirent vite compte que non, je n'étais pas un bébé précoce, non je n'avais pas un QI supérieur dès mon entrée à la maternelle, non je n'étais pas la plus jolie des petites filles et en plus je leur tenait tête et mon caractère les poussait à bout. A y repenser, j'ai peut-être toujours été malade. En tout cas, ce soir là ou j'avais joué, j'étais fière comme une lionne parce que mes parents m'admiraient maintenant et qu'ils arrêteraient de me gronder. Suivant cela, ils étaient déterminés à tout faire pour que je devienne une star. Concerts, vidéos, reportages, ils commençaient à atteindre leur but. Moi je faisais tout parce que je ne voulais pas les décevoir.

Chapter Two
{One day, you'll wake up with nothing but sorrow}
Coldplay. Square on. Je me souviens juste de cette chanson. Elle résonnait dans la maison. J'avais treize ans, et je venais de poser le téléphone si lentement que cela n'avait pas fait de bruit. C'était ma grand-mère, en pleurs, suffocante. "Un accident de voiture ça arrive vite" qu'elle m'avait dit. Le temps que j'allume la chaîne hi-fi, j'avais capté. C'était mes parents. La voiture. La représentation où ils étaient allés. Ils m'avaient dis qu'ils rentreraient pas trop tard et je m'étais sentie affreusement seule dans notre grand appartement de banlieue newyorkaise. Mon Dieu. Ce ne pouvait pas être ça. Cela n'arrive qu'aux autres.
Ce soir là j'avais cassé plusieurs meubles de la maison avec un pied de biche, et je m'étais ensuite fait un devoir de tout nettoyer, au copeau de bois près. Ensuite je m'étais dis que c'était bien fait pour eux et j'avais mangé de la glace devant la télé. Et j'avais fini par pleurer toutes les larmes de mon corps et par avoir envie de sauter par la fenêtre. Ou par le balcon avec la grand baie vitrée. C'était trop. C'était le déclencheur de toutes mes angoisses, de ma rage intérieure, de tout. J'étais sortie en trombe de la maison vers la voiture de mon père qu'il n'utilisais jamais parce qu'elle était de collection. Une bagnole dans laquelle on ne roule pas, à la bonne heure ! J'avais sauté dedans et puis je l'avais démarrée avec les clés qui étaient sur le buffet de la salle à manger. Le ronronnement du moteur m'avait bercée quelques minutes. La suite, j'avais tout fait pour l'oublier. Sur le journal du lendemain, il y avait marqué :
Actualité a écrit:
Une jeune adolescente de 13 ans, nommée Sadie Smith, a foncé dans la vitrine d'un magasin de bijous ce matin à 5h du matin avec une voiture visiblement volée. Elle était apparemment en grande détresse psychologique et possédait un pied de biche avec lequel elle a blessé trois agents de police, dont un gravement. Elle se serait ensuite effondrée sur le sol, avant d'être emmenée par les forces de l'ordre. Selon le docteur Fisch de la clinique Hanton, elle présenterait un cas de bipolarité sérieux et aurait peu de contrôle sur ses actes. Elle se sera jugée pour coups et blessures, agression physique à un agent de l'ordre, dégradation matérielle et vol. Elle a été placée dès ce matin dans un centre d'accueil psychiatrique d'urgence.

Chapter Three
{Shit ! What's all that around ?! Just kill me now.}
Ma vie à partir de mes quinze ans je m'en souviens parfaitement. J'avais passé presque deux ans à vagabonder jusque dans les tréfonds du système judiciaire américain. Ils m'avaient acquitté parce que mon avocat les avaient persuadé que mon état ne me permettait pas de réfléchir. Ce qui était moyennement vrai, mais je n'ai rien dis. Et puis tout cela était plutôt médiatisé, car j'étais quand même assez connue dans la région grâce -à cause ?- de mes parents. Je recevais des lettres bidons de gens qui me soutenaient, et il y avait toujours deux trois personnes avec moi à l'hôtel de justice pour me rassurer. Je les aimais bien, au final. Je n'ai plus eu de nouvelles d'eux depuis que le jury avait pris sa décision. Je n'aurais rien mais la peine serait augmentée fortement si je récidivais, et sans oublier que je devais aller dans "une structure spécialisée" pendant un an, et serais placée après si la situation s'améliorait. Structure spécialisée, c'est ça... Un asile quoi ! Ils me prenaient pour une dégénérée ! Je n'arrivais plus à encaisser tout ce qu'ils me disaient. Des médicaments, et puis quoi encore. Même si j'étais malade, et cela je n'en étais même pas sûre, je n'avais nullement besoin de me faire soigner. Enfin, je crois. Je préfère passer sur les deux années difficiles que je du passer dans cet horrible hôpital, dans une pièce blanche, avec quelques sorties, plus personne ne venant me voir au bout de trois semaines, seulement mes quelques Cd's et une grosse volonté de vivre. Je ne sais pas si on peut vraiment dire que cela m'a guérie. Ce qui est sûr, c'est que ça m'a permis de réfléchir et de reposer mon esprit.

Last Chapter
{Welcome in McKinley high, beautiful world. Or not.}
Je viens de passer la porte du lycée. Mes mains agrippées sur mon sac en bandoulière tremblent comme des feuilles. Je suis sortie. Je croyais que ça n'arriverait jamais mais je suis sortie. Comme j'ai seize ans ils m'ont donné un petit appart' en ville, je vais recevoir une cotisation parce que je suis mineure, et une parce que ma maladie a été reconnue. Ils m'ont offert une chance de vivre comme je veux, peut-être d'être heureuse. Normale quoi. Bon, je resserre l'emprise de mes doigts sur mon sac et me dirige vers l'accueil. La femme me dévisage longuement, sûrement parce que j'arrive le lendemain de la rentrée, que je suis très maquillée et que je porte des vêtements plutôt voyants. Pour me défendre, cela faisait deux ans que je portais le même pantalon et le même tee-shirt avec mon nom dessus. Forcément j'ai eu besoin de m'habiller de façon extravagante ce matin. J'en profite pour regarder autour pendant qu'elle m'observe. Les élèves ici sont étranges. Je viens de voir un grand type jeter un soda glacé sur une fille. C'est normal de se jeter des boissons à la figure ? J'espère que ce n'est pas le rituel en tout cas, je m'en passerais, ça doit trop coller aux cheveux. Je vois des tas d'élèves passer, des studieux, des obèses, des pom-pom girls, des petites, des footballeurs. Qui sait, peut-être me plairais-je à Lima ? Bon, c'est une petite ville paumée dans l'Ohio d'accord. Ce ne sera pas NY. Mais je m'y ferais. Ou j'essayerais en tout cas. La petite secrétaire remonte ses lunettes sur son nez et articule :

« Vous êtes donc Sadie Smith ?
- Non Callidora. Callidora Smith.
»




Dernière édition par S. Callidora Smith le Dim 16 Oct - 19:16, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:29



This Is How We Do It

« Chez les allotrophes les relations trophiques peuvent être de type consommation ou encore symbiose : une association à bénéfices réciproques; des unicellulaires chlorophylliens avec des mycètes dans les lichens ou des unicellulaires chlorophylliens avec des coraux. »

Je baillais longuement en me masquant de ma main. Bon sang qu'est-ce-que c'est ennuyeux... A quoi bon faire de la biologie si on ne veut pas être chercheur ? On se le demande. Je déteste ce cours, en fait je déteste tous les cours. Je les trouve tellement rasoir que c'en est effrayant. Je m'en sors bien au niveau des notes parce que j'ai lu peut-être une centaines de livres pendant mon internement. Et j'en sais assez sur la biologie cellulaire pour comprendre une petite moitié de ce que la prof raconte. Une minuscule moitié. Je pose mon stylo sur mon cahier flambant neuf et dodeline de la tête en observant mes ongles multicolores, pailletés, scintillants, flashys, tout ce que vous voulez. Je donnerais n'importe quoi pour avoir un chewing-gum, ça m'occuperait la bouche. Tandis que je commence à faire des choses parfaitement stériles comme me faire des dessins sur la paume, mon voisin me tapote l'épaule. Je sais pas comment il s'appelle et il est étrange, mais j'ai de la sympathie pour lui. Je tourne mes yeux verts foncés vers lui avec un air blasé et lui lance un lancinant « Quoiiiii ? » Il a un léger mouvement de recul que je ne manque pas de noter puis me regarde avec de grands yeux. « T'as compris pour les mycètes ? » Je lui lance un coup d'oeil interloqué. « Les quoiii ? » Mon camarade souffle et j'en ris presque. Ah, on tombe pas toujours sur la bonne voisine. Je me remets en position et me couche presque sur ma table en me laissant bercer par la voix de la professeur.

J'ai pas trop compris les évènements qui se sont enchaînés après. Y a ces deux types bizarres habillés comme dans un James Bond mal réalisé qui sont entrés, impassible. Ce qui était étrange, c'est que la prof n'a rien noté, comme si elle trouvait ça normal. Bon, si c'était normal alors... Je les quittais des yeux et fixais ma trousse. J'ai vu tout les élèves se retourner vers moi tandis qu'elle continuait son monologue. Ils étaient trop curieux, tous, et puis pourquoi me regardaient-ils moi ? Le gentil camarade assis à côté de moi me désigna discrètement les deux hommes. Je relevais la tête. Ils me regardaient, moi ? Qui c'était ? Leurs regards devinrent très insistants et ils s'apprêtaient à marcher vers moi. Je me levais précipitamment en évitant de l'ouvrir pour l'instant. Ils me faisaient trop peur. J'attrapais mon sac à main et jetais presque ma trousse, mon cahier et mon livre dedans. En traversant l'allée, j'eus presque envie de faire un doigt d'honneur à tous ceux qui me fixaient comme des attardés. J'adressais un clin d'oeil discret à mon voisin. Il savait combien j'avais envie de m'enfuir de ce cours.

Une fois sortie je fronçais les sourcils. C'était dingue mais je voulais courir dans l'autre sens, m'asseoir à ma place et puis écouter attentivement. J'avais l'impression qu'ils étaient là pour me punir de ne pas être sérieuse. Je déglutissais un instant puis prenais une expression déterminée. D'autres types étaient dans le couloir, en blouse blanche. Je hais les blouses blanches. C'est moche comme couleur, et encore plus quand c'est plein de sang ou de n'importe quoi d'autres. Si les médecins avaient des blouses bleu foncé, ça nous éviterait de voir toutes les horreurs qu'ils ont essuyé dans la journée. Mais les leurs étaient impeccables, comme celle des soignants de l'asile. Impeccables. J'ouvrais la bouche légèrement, ma détermination soudain envolée.
Je prenais une grande inspiration, pour attraper la colère de l'air et puis de mon cerveau et la mettre dans mes mots. Je n'allais aucunement rester ici, mais retourner en cours. Je voulais juste savoir ce qu'ils me voulaient.

« Bon, bon, les pseudo-docteurs. Je dois retourner en biologie là donc dites moi tout et voilà. C'est quoi votre problème ? Je dois passer un test ? Vous venez vérifier mes vaccins ? Non mais sérieusement ça vous gène pas de venir comme ça tranquille me chercher et de me fixer avec vos grands yeux vides là ! »

Mes sourcils se fronçaient tellement qu'ils me faisaient mal. Il me fixaient sans aucune expression avec un sourire presque sadique. Cela me rappelait beaucoup trop de mauvais souvenirs. J'allais recommencer à parler quand je sentis qu'on m'agrippait par derrière. Dans ces moments-là on croit vraiment que ça va se passer comme dans les films d'actions; on va faire un petit salto arrière, et bim, et poum, petit mouvement de kung-fu et puis cri de victoire. En fait ça ressemblait plutôt à une petite fille qui a des bras en marshmallow et qui essaye vainement de se débattre en donnant des petits coups contre son agresseur qui resserre son emprise. Enfin j'avais quand même une carrure, si il ne se défendait pas je pourrais peut-être arriver à... Trop tard. Un autre gars m'avait sauté dessus. Il puait les trucs de médecins, berk. Cette simple odeur que j'avais toujours détestée me donna de la force pour le pousser violemment. Il recula plus recommença avec plus de forces ce qui m'empêcha de me défendre. L'homme tenait une seringue. Non ! Non ! Je remuais comme un verre de terre pour qu'il n'arrive pas à la planter. Le plus effrayant dans tout cela était le silence qui régnait dans la pièce. On n'entendait que mes cris étouffés et mes grognements d'effort. Ils n'avaient pas voulu me répondre, et ce n'était pas maintenant qu'ils allaient le faire. J'étais transie de peur. On aurait dit que c'était toutes mes angoisses réunies : les médecins, les seringues et le silence. A bout de force, je retombais dans les bras de celui qui me tenait, et le docteur en profita pour m'enfoncer son aiguille horrible dans l'avant bras.

« Eh, t'as entendu ? Je t'ai posé une question. » Je me relevais violemment dans la salle de cours avec une marque de page de livre sur le visage. Mon voisin me regardait avec un sourcil levé. A moitié dans le brouillard, je tournais la tête vers lui. « Quoiii ? » Il se mit étrangement à rire, et je me demandais ce que ça signifiais. Je comprenais toujours pas ce qui venait de se dérouler. Je préférais dessiner sur ma paume une petite seringue pleine de liquide.



Dernière édition par S. Callidora Smith le Lun 17 Oct - 18:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:29





WOHN News


Votre chaîne favorite a interviewé pour la toute première fois la personne qui a fait le buzz à Lima.


« Votre vie vous satisfait-elle ? Voudriez-vous la changer ? : « Déjà, faut que je vous dise un truc : stop ! Je sais que vous allez passer une demi-heure à me poser des questions débiles et que je vais devoir répondre avec un grand sourire. Je reste ici parce que je suis gentille mais je vais vite en avoir marre. Et si je ne veux pas répondre, je ne réponds pas. Je suis pas un robot, merde ! Et si je veux changer ma vie ? Évidemment ! Qui est vraiment satisfait de sa vie ? On a tous commis des erreurs, eu des galères, on est tous un peu blessés au fond. Les seuls contents de leur vie sont des idiots qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ou des amoureux. »

« Aimez-vous et savez-vous chanter ? Le chant est-il quelque chose de fondamental dans votre vie ? : « Encore une de ces questions ! Je pourrais vous répondre mais qu'est-ce-que vous en avez à battre que je joue de plusieurs instruments et que je chantait il y a un certain temps ? J'ai souvent besoin de combler des vides divers par des chansons. Il y a tellement de chansons qui existent qu'il y en a toujours une pour décrire notre émotion de l'instant. »

« Quelle goût musicaux avez-vous ? Qui sont vos chanteurs/chanteuses favoris ? : « Quand j'étais dans un centre d'accueil, je n'avais plus que les vieux Cd's que j'avais récupéré de mes parents. Des trucs assez classiques, plutôt anciens, des crooners, du blues, de la soul. C'est plutôt ce genre de musique qui m'inspire. Dans ce qui est plus récent, ce qui est affreux, c'est qu'on trouve les pires horreurs comme de superbes chansons, on ne sait jamais sur quoi tombé. Et sinon, Lady Gaga me fascine profondément. »

« Vos relations avec votre famille ? Parlez-nous en. : « Je n'ai plus de famille et la dernière chose dont j'ai envie c'est d'en rechercher des membres. »

« Comment voyez-vous votre avenir ? : « Je ne préfère pas y penser et puis vivre au jour le jour. Si on commence à se dire qu'on fera ceci ou cela comme ça ou comme ça, on ne s'y retrouve plus. Pour métaphoriser ça, imaginer son avenir c'est comme traverser une galerie d'art en restant fixé sur la fresque qu'il y a au fond sans jamais regarder les oeuvres ou les autres couloirs qu'il y a sur les côtés. Oui je sais c'est bizarre comme vision des choses. »

« Qui sont les personnes qui vous ont le plus marqués, celles que vous n’oublierez jamais ? : « C'est compliqué à dire. On s'oublie vite et puis la vie défile. Je viens de débarquer fraîchement à Lima et j'espère y passer de belles années et rencontrer des gens géniaux. »

« Un dernier mot à dire à vos futurs fans ? : « Be yourself, no matter what they say. »






Dernière édition par S. Callidora Smith le Dim 16 Oct - 15:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:29





Express Yourself

« Pseudo : xTweety ♥
« Age : 14 étoiles
« Poste Vacant : Non
« Avatar : Kristen Stewart
« Fréquence de Connexion : Entre 5/7 et 7/7, plutôt 4/7 pour les Rp's
« Comment trouvez-vous Light Up The World ? : La bannière ne va pas du tout avec les couleurs du forum, mais comme les deux sont beaux ça va ~o~ Avec tous ces smileys je vais mourir, ils sont trooop géniaux *o*
bapma
« Suggestion ? : freehugs






Dernière édition par S. Callidora Smith le Dim 16 Oct - 13:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Fabray ◮
I'm your Quinn
❉ Age du Personnage : 17 ans
❉ Popularité : 276
❉ Emploi/loisirs : Sing ♥
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:35

Bienvenue sur LUTW
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:37

Merciii
Revenir en haut Aller en bas
❉ Age du Personnage : 17 ans
❉ Popularité : 273
❉ Emploi/loisirs : Chanter
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:39

Bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❉ Age du Personnage : 17
❉ Popularité : 1018
❉ Emploi/loisirs : Lycéen / Membre des Shinin'Sounds / Cheerleader / Serveur & Animateur Chant au Karaoke Bar
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 11:42

Bienvenuuue :DDD Si tu as la moindre question je suis làààà

_________________

« Esperar, sentir, ver a vida com paixão,
Usar, sourire, ser o mundo em rotação,
A voz do amor vem de noite sussurar,
Tão leve o tom, corre o tempo de vagar,
Sem medos, receios, dar damos segredos , Da troca d'um so olhar
Fica sempre algo mais, quando as amas são iguais, querem se encontrar, ir ao paraiso, E p'ra sempre algo mais, quando as amas são iguais, doce tentação, ir ao paraiso »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 12:09

Merci vous deux
J'ai noté : tu es làààà
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 18:52

WELCOOOOME !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 18:58

Merci =D
Mercedes
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Dim 16 Oct - 19:16

Désolée du DP mais :

Fiche finiiiiiiie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
❉ Age du Personnage : 17
❉ Popularité : 1018
❉ Emploi/loisirs : Lycéen / Membre des Shinin'Sounds / Cheerleader / Serveur & Animateur Chant au Karaoke Bar
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Lun 17 Oct - 11:03

J'adore ton histoire Callie ** Vive toi ! Je vais te donner ton test rp Very Happy

Citation :
"Callidora est en cours de biologie (tu peux inventer ce qu'elle fait) lorsque deux hommes en costards lui demandent de bien vouloir les suivre. Sans rien dire, elle se lève, prend ses affaires et passe entre eux pour arriver dans le couloir. Là, toute une équipe médicale l'attend. Une personne, derrière elle, lui attrape les épaules, elle se débat et le frappe. Une autre lui prend les mains et les attaches ensemble avant d'injecter dans une veine du bras de Callie un produit qui aurait pour effet de l'endormir.
Elle se réveille, en cours de biologie se demandant si ce n'était qu'un rêve."

Ton personnage devra poser beaucoup de questions sans pour autant recevoir des réponses. Tu devras décrire les vêtements de l'équipe et l'impression de Callie vis-à-vis d'eux. Pour le reste, tu es libre !

_________________

« Esperar, sentir, ver a vida com paixão,
Usar, sourire, ser o mundo em rotação,
A voz do amor vem de noite sussurar,
Tão leve o tom, corre o tempo de vagar,
Sem medos, receios, dar damos segredos , Da troca d'um so olhar
Fica sempre algo mais, quando as amas são iguais, querem se encontrar, ir ao paraiso, E p'ra sempre algo mais, quando as amas são iguais, doce tentação, ir ao paraiso »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Lun 17 Oct - 14:18

Songe après songe tu me manques
Et les peines ne disparaissent pas
Et jour après jour je songe
À courir très doucement vers toi

Bienvenue Calli ! Vive les CQRBDLE ! Ceux qui rient bêtement devant leurs écrans ! ronde
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Lun 17 Oct - 15:03

Bienvenue avec Kristen !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Lun 17 Oct - 16:04

Merci. Wah le test Rp est trop couuule *o* Je m'y mets très vite =)

Oui Jessichou, vive les CQRBDLE danse

Merci Kaliska

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Lun 17 Oct - 18:54

Test Rp fini superman
Revenir en haut Aller en bas
❉ Age du Personnage : 17
❉ Popularité : 1018
❉ Emploi/loisirs : Lycéen / Membre des Shinin'Sounds / Cheerleader / Serveur & Animateur Chant au Karaoke Bar
MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Lun 17 Oct - 19:01

Je te valide
Tu peux faire ton évolution du gleek, ta fiche de lien et de rp Very Happy

Bonne chance Very Happy

_________________

« Esperar, sentir, ver a vida com paixão,
Usar, sourire, ser o mundo em rotação,
A voz do amor vem de noite sussurar,
Tão leve o tom, corre o tempo de vagar,
Sem medos, receios, dar damos segredos , Da troca d'um so olhar
Fica sempre algo mais, quando as amas são iguais, querem se encontrar, ir ao paraiso, E p'ra sempre algo mais, quando as amas são iguais, doce tentação, ir ao paraiso »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques. Aujourd'hui à 0:11

Revenir en haut Aller en bas

CALLI ❀ Et jour après jour, tu me manques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Light up the world :: Présentations-